Noël et traditions provençales

S’il y a bien une tradition qui me tient à cœur c’est celle des 13 desserts.

Il y en a bien une autre, c’est de faire la crèche Provençale, mais depuis quelques années, ne fêtant plus Noël chez moi, c’est avec une profonde tristesse que je ne la monte pas. Pourtant, celle que j’ai est très belle avec des santons de chez Fouque, un des meilleurs santonniers d’Aix en Provence.

Mais revenons à nos 13 desserts.

Savez-vous que c’est une des plus anciennes traditions provençales de Noël ? Et elle perdure de nos jours dans les chaumières le soir du Réveillon. Il y en a d’autres comme celle d’utiliser 3 nappes, d’y allumer au milieu 3 bougies à côté des 3 coupelles le blé de la Sainte-Barbe (symbole de la Trinité) qui sont moins suivies, mais celle des treize desserts représentant le nombre de convives lors de la Cène, dernier repas du Christ avec ses douze apôtres, est une coutume gourmande que de nombreuses familles s’efforcent de transmettre de génération en génération.  Pourtant la Bûche de Noël semble détrôner cette tradition. Mais qui vous empêche de l’inclure dans les 13 desserts, puisque que certains des 13 desserts sont assez difficiles à trouver.

Il en est ainsi du fameux melon de Noël, le melon dit verdau, que vous prononcez en provençale « verdaou » ! Celui-là pour le trouver dans les étals des maraîchers, c’est quasi impossible.

Mais cette année, je ne fête pas Noël en Provence ! Et je ne peux me soustraire à la tentation de partager les richesses gustatives de ma région et notamment d’Aix en Provence.

C’est donc le cœur léger et avec entrain que je suis allée faire mes courses gastronomiques de Noël en ville, samedi, sous un magnifique ciel bleu. Au niveau des Allées Provençales il y a le marché des 13 desserts, mais il n’y a pas tous les artisans que mon palais apprécie particulièrement.

Non, je suis allée sur le Cours Mirabeau, où j’ai fait la rencontre de Mike Tabury, un crooner qui enchante l’avenue de sa sublime voix et de ses chants de Noël, et là Oh surprise mes deux artisans préférés, occupés deux chalets côte à côte ! Curieux ou heureux hasard.

Le premier, a un goût d’enfance. Il se trouvait, il y a bien longtemps à la rue Espariat. Une petite boulangerie, qui faisait les meilleurs Gibassiés (ou Pompe à huile d’Olive) de la région voir de la Terre entière ! Je me souviens de la file d’attente au moment de Noël devant sa vitrine, de l’odeur dans la boutique et pour ceux qui le demandait (mais il fallait le savoir) le plaisir d’acheter des « picons » pour faire des oranges pressées. 

Mais qu’est-ce que des « picons » ? Dans la recette du Gibassier, il faut y introduire des zestes de peau d’orange, et une fois la peau enlevé l’orange s’appelle « picon »  en Provence. Ma grand-mère en prenait régulièrement. Aujourd’hui plus du « picon » ! Plus de boulangerie non plus, mais la recette familiale a suivi les propriétaires dans le village de Trets et vous pouvez acheter les gibassiés toute l’année, le samedi, sur le marché Place Richelme, ou durant les fêtes de Noël dans les chalets du Cours Mirabeau ou au marché des 13 desserts.

Le deuxième artisan coup de cœur, confectionne des calissons. Mais pas n’importe quel calisson ! Si vous appréciez d’avoir en bouche un mélange de saveurs qui éclatent sous vos dents quand elles croquent le glaçage pour s’attaquer au mélange subtil de melon confit, d’amande émondée et d’orange confite, alors vous devez goûter les calissons de la marque Calissoun ! J’apprécie vraiment ces artisans qui ont eu l’audace de se lancer dans cette aventure. Vous pouvez également les rencontrer sur le marché de la place Richelme et à leur boutique au 9, av. du Dr Bertrand – Quartier Loubassane à Aix en Provence. Si vous y allez, vous aurez peut être la chance qu’ils vous fassent goûter les calissons à la sortie du four : orgasme gustatif garantie !

calissoun.com

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de Noël !

Les treize desserts Provençaux :

  • Les noix
  • Les figues séchées
  • Les raisins secs
  • ​Les dattes
  • La pâte de coing
  • Divers fruits confits
  • La pompe à huile ou gibassié​ (attention il se rompt comme le pain du Christ, ne pas utiliser de couteau !)
  • Le classique nougat blanc
  • Le nougat noir (avec du miel caramélisé et des amandes grillées)
  • Le nougat rouge (à la rose et aux pistaches)
  • Les calissons d’Aix-en-Provence
  • Oranges, clémentines ou mandarines
  • Un melon verdau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s