Gouverner c’est prévoir

Et ne rien prévoir c’est courir à sa perte

Citation de Emile de Girardin en 1852, journaliste et homme politique français, inventeur de la presse moderne, financé par les annonceurs afin d’en faire baisser le prix pour rendre accessible l’information à un plus grand nombre.

Mais revenons à sa citation qui provoque réflexions dans un contexte social, environnemental et sociétal en mutation.

Car effectivement si les dirigeants du monde entier gouvernaient en anticipant, en allant de l’avant dans le respect des missions qu’ils ont et, notamment, de tout mettre en œuvre pour respecter l’homme et son environnement alors le monde irait mieux.  Malheureusement l’argent, le profit, l’égoïsme ont remplacé les valeurs universelles de fraternité, de liberté et d’équité.

Samedi soir la COP 24 a été clôturée.

196 pays et ceux de l’Union européenne étaient représentés pour avancer sur les engagements à prendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et limiter les catastrophes climatiques (inondations, sécheresse, feux, cyclone, tsunami…). Certains disent qu’il y a des avancées, d’autres qu’elles ne sont pas suffisantes. Pour la 24ème fois les pays se sont rencontrés sur le même sujet : la préservation de notre planète. Je suis convaincue que les émissions de gaz à effets de serre produit pour l’organisation et les déplacements pour assister à ces réunions n’ont pas été compensées par les « mesurettes » décidées.

Ainsi les règles de mise en œuvre de l’accord de Paris ont été adoptées pour limiter le réchauffement de la planète au-dessous de 2°C par rapport à l’ère pré industrielle mais les « détails » des actions à mettre en place, les moyens de les contrôler n’ont pas été finalisés.

Rendez vous en septembre 2019 à New York pour un nouveau sommet et pour la COP 25 en décembre 2019 au Chili.

Les représentants des 47 pays les plus vulnérables déplorent ce quasi immobilisme et cette faculté à rester sourd aux avertissements des différents rapports alarmants et à la demande croissante d’actions des citoyens. Il est crucial de limiter le réchauffement à 1,5°C, et même si cela peut paraître dérisoire, les efforts à faire pour atteindre cet objectif sont considérables car demandant de profonds changements de la société au niveau mondial. Etats-Unis, Arabie Saoudite, Russie et Koweit, ont refusé d’adopter la déclaration ambitieuse de limiter le réchauffement à 1,5°C sachant que depuis les alertes et les réunions successives le réchauffement atteint déjà + 1°C. Curieux cette coalition de pays producteurs d’énergie polluante.

« Vous n’êtes pas assez murs pour voir la vérité en face ! »

La vérité sort de la bouche des enfants

Une voie s’élève de la tribune. Du haut de ses 15 ans, Greta Thunberg au visage sévère et fermé, après avoir incité les étudiants du monde entier à ne plus aller à l’école pour protester contre l’inaction face au changement climatique, s’adresse à tous les représentants présents :

Que dire de plus. Ce cri d’alarme vient du cœur, de l’innocence, et est tellement clairvoyant.

Si tout le monde avait le courage de cette jeune fille pour décider, dès à présent, d’agir autrement, d’arrêter de surconsommer, d’acheter à des pays éloignés, de se déplacer de manière responsable (transports en commun, co-voiturage, vélo, trottinette, marche à pied…), alors peut être que nous pourrions influer sur le cours des choses. Elle est arrivée à convaincre ses parents de cultiver un potager, de mettre des panneaux solaires et de la soutenir dans son combat. Et nous, nous n’arriverions pas à agir chacun à notre niveau.  « On est jamais trop petit pour faire la différence » dit Greta, je dis « même la plus petite action peut faire la différence ».

Cette adolescente suédoise a décidé de se battre pour le climat et les générations futures qui devront subir et tenter de « réparer les dégâts » causés par les précédentes.

En septembre, après avoir subit un été particulièrement chaud en Suède, elle a commencé à manifester, seule, chaque semaine, devant le parlement suédois. Son objectif étant d’obtenir des actes du gouvernement prouvant qu’il respecte les engagements faits à Paris. Avec l’aide des réseaux sociaux,elle invite tous les citoyens à faire de même : « Où que vous soyez, qui que vous soyez, on a besoin de vous maintenant. S’il vous plait faites la grève du climat avec nous. Mettez-vous devant votre parlement ou votre représentation locale, même si c’est un court instant, pour leur dire qu’on veut de l’action pour le climat ».

Extrait du discours de Greta Thunberg

« Nous devrons vivre avec le bazar que les précédentes générations ont créé. Nous devrons réparer les dégâts pour eux. Ce n’est pas juste. Je pense que nous, les enfants, nous devrions nous mettre en colère et faire entendre notre voix et rendre toutes les générations responsables de ce qu’elles ont créé. » 

Merci Greta !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s