Un peu de fraîcheur et souvenirs d’enfance

« Tu verras quand tu seras grande ! », combien de fois avons-nous entendus cette phrase dans notre enfance et… combien de fois l’avons-nous dit à nos enfants voire petits-enfants…

Le fait est, que nos parents avaient souvent raison, et pour le coup nos grands-parents aussi ; il fait chaud et je me souviens…

Marius

… des films de Pagnol où on voit Marius et son père se prendre la tête au comptoir du Bar de la Marine en face du Port de Marseille par une journée ensoleillée et sans doute chaude. Mais pourquoi ont-ils autour du coup un foulard ? Et Ugolin dans Manon des Sources ? Et tous ces acteurs de cette époque pas si lointaine du siècle dernier (Ah oui quand même !)

Mais pourquoi ce foulard ???? Tout simplement car nos aïeux avaient intégré que l’évaporation d’un tissu humide donner une sensation de fraicheur par forte chaleur lorsqu’il était mis au niveau du cou ! Au diable ces brumisateurs pollueurs, d’ailleurs préférez de l’eau fraiche dans un vaporisateur sinon optez pour un foulard ou comme moi pour un « ruban-pression », qui certes cache ma cicatrice d’intervention sur la thyroïde, mais me sert à me rafraichir. Comment ? Je la mouille régulièrement quand je me ballade par une chaleur intense, aux fontaines ou points d’eau rencontrés.

 

… du moyen qu’ils trouvaient pour garder des espaces frais. Quand j’étais aux mines du Bruoux, j’ai appris qu’il y faisait toujours, été comme hiver, une température de 10°C. Nos aïeux avaient bien intégré cette particularité de la terre car , y compris en ville, ils creusaient des caves. Seul moyen pour y conserver et stocker hors habitat vins, pommes de terre, melons (celui qu’on présente à Noël en Provence dans les 13 desserts !), ail et conserves maison.

Maintenant pas assez qu’on oublie régulièrement de prévoir 2 à 3 places de parking par habitation, les caves, quand il y en a, se trouvent souvent… au rez de chaussée ! Attention ce n’est pas une cave : vous n’y conserverez aucune denrée alimentaire !

Définition du mot « cave » dans le Larousse :

  • Pièce située en sous-sol des immeubles d’habitation et servant à conserver du vin, à ranger des produits divers, etc.
  • Appareil, meuble dans lesquels on conserve le vin.

Et voilà la technologie  qui s’empare d’un mot a une connotation « respect de la nature » pour définir un appareil à alimentation électrique, donc énergivore. Cette technologie qui au lieu d’améliorer notre quotidien sans le détériorer, continue d’offrir des innovations de plus en plus consommatrice d’énergie au point de réduire nos ressources renouvelables et de mettre en danger notre écosystème. Je ne suis pas contre les innovations mais il est navrant d’oublier les solutions naturelles que nos ancêtres utilisés, pour les remplacer par des solutions qui mettent en péril notre planète.

 

…nous arrosions toujours la terrasse avant de déjeuner en famille dans la maison de mon enfance, l’évaporation de l’eau donner la sensation d’une fraicheur. Je me souviens de l’odeur du carrelage mouillé, identique à celui des tuiles en argile quand les orages du mois d’août éclatés. La terrasse était ombragée par un beau paulownia, arbre qui a la particularité de perdre ses grandes feuilles dès les premiers gels et de produire de belles clochettes violettes au printemps.

Arbres trop souvent absents dans nos villes aux décoration minérales. Comment les concepteurs oublient que les arbres sont nécessaires dans une agglomération pour y apporter ombre et humanité. Je trouve déplorable d’avoir recours à des brumisateurs sur les terrasses de café et restaurants pour offrir une sensation de fraicheur aux consommateurs qui se délectent de leurs boissons ou de leurs plats arrosés d’eau venant de système composé de tuyaux et gicleurs dont l’entretien ne garantit peut être pas la salubrité.

 

… de l’antésite que l’on mettait dans l’eau pour la rendre plus agréable l’été. L’Antésite ??? Mais oui cette curieuse bouteille contenant une liqueur sombre à base de réglisse. 4 à 5 gouttes dans un verre est l’eau prenait du goût sans alcool, sans sucre ni colorant, une boisson rafraîchissante qui laisse dans la bouche un arôme naturel de réglisse. Bon faut aimer le réglisse.

Mais mon amie Odile m’a donné une autre astuce pour donner du goût à l’eau sans sucre et très très peu de calorie : mettre une goutte d’huile essentiel de menthe dans un litre d’eau (attention bien respecter les proportions au risque d’avoir un goût trop prononcé). Une goutte d’huile essentielle c’est 2 calories. Ravie du résultat je l’ai décliné version huile essentiel de citron. Cela remporte un vif succès dans mon entourage.

 

… des siestes l’été que nous n’apprécions pas mais qui permettaient dans la soirée de se coucher tard et de profiter de la fraicheur de la nuit avec les cousins et les cousines. C’est vrai que dans l’enfance, la sieste est synonyme de moins de temps ludique et, régulièrement nous proposions aux parents de faire plutôt des activités d’eau : baignoire pleine d’eau sous le saule pleureur, temps calme auprès de la rivière dans notre cabane construite dans un arbre, lieu de rencontre avec les enfants des voisins. Cette petite rivière qui était capable de rafraichir une bouteille d’eau (avec ou sans antésite) si nous pensions à l’accrocher à une branche pour la maintenir dans l’eau dès le matin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s