Ballade Provençale Le Luberon

C’est avec un immense plaisir que j’ai accueilli, cet été, ma tante et son compagnon qui étaient sur le continent pour quelques jours de vacances et de rendez-vous familiaux. Ma tante vit à l’Ile de La Réunion, île si riche à mon cœur et riche de tant de choses…

La visite de ma famille, ou de mes amis, est toujours l’occasion de découvrir la région dans laquelle je vis. Ne trouvez-vous pas que bien souvent nous ne connaissons pas la richesse de notre patrimoine environnant. Pour cette première historiette de l’été je vais vous raconter notre escapade luberonnesque ! Le Luberon avec ces paysages si particuliers aux multiples couleurs, ce sont ces nuances de couleurs qui ont été le fil conducteur de mes choix touristiques.

Les couleurs provençales…

Le bleu de la lavande (devant l’abbaye de Senanque), l’ocre des terres du Luberon (terres de Roussillon), le bleu du ciel , le gris du décor minéral des gorges qui nous mènent vers des lieux insoupçonnés, les nuances de la pierre des bories et des maisons des villages accrochés aux collines provençales, le jaune étincelant du soleil qui, en ce mois de juin, commençait à faire sentir sa force et sa chaleur, le jaune naissant des tournesols et le vert encore lumineux de la végétation gorgées des pluies de printemps.

Nous partîmes d’Aix en Provence avec comme destination Gordes où J’avais réservé pour la nuit un logement dans un petite propriété à l’aspect paradisiaque : le Mas Auroma. Accueil charmant de nos hôtes, logements agréables et bien proportionnés dans un jardin fleuri et arboré proposant le rafraîchissement tentant de sa piscine. Idéalement situé sur la route de l’Abbaye de Senanque.

Pour atteindre Gordes, village agréable et touristique, nous avons emprunté la route qui chemine entre Lourmarin et Apt. Agréable route très sinueuse et encaissée qu’il convient de faire à son rythme (ce qui n’est pas du goût de tout le monde, je roule toujours à vitesse modérée lorsque que je ne connais pas la route encore plus quand elle possède de multiples virages). Après quelques arrêts touristiques nous arrivâmes au musée de la Lavande à Cabrières-d’Avignon : Le Château du Bois.

A éviter absolument !!

Plus de 6 € l’entrée pour avoir accès à un film, quasi inintéressant mis à part de superbes images de champs de lavandes, un musée de l’alambic (à La Réunion il y en a encore dans les jardins privés pour extraire les huiles essentielles des géraniums cultivés dans le jardin), mais surtout, à la sortie, un accès obligatoire à la boutique, avec plus de vendeuses que d’alambic ou de mètre carré, qui vous ventent les produits et vous invitent à les acheter. Pas de forcing, mais si vous n’êtes pas au courant des tarifs. Ce « musée » n’est pas représentatif de la convivialité des habitants qui ont comme envie de faire découvrir, et de partager, les richesses de cette belle Provence.

L’huile essentielle de lavande fine est deux fois plus cher qu’à l’endroit où je me sers habituellement, directement chez le producteur ou dans les coopératives. C’est sûr je n’ai pas le beau sac publicitaire en papier fort et les contenants de luxe… mais c’est cher payé.

Nous avons pu pique-niquer, sur la terrasse ombragée d’un toit, près d’un espace odorant planté de lavande où il était indiqué de faire attention aux serpents qui, a priori, apprécient l’ombre des cultures.

La veille durant mes recherches, sur internet, de lieux à visiter mon choix c’était porté sur les Mines du Bruoux. Ancienne mine d’ocre. Par précaution, j’ai appelé pour réserver et par chance un désistement a permis cette visite guidée que nous n’avons pas regrettée.

Petit parking, espace boutique de produits locaux et non locaux (3,50€ la bouteille fraiche de Coca Cola en 50 cl…), nous avons attendus sur des bacs prévus à cet effet puis arriva l’appel pour la visite.

Il est nécessaire de prévoir une petite veste, mais surtout de mettre une charlotte sur la tête et un superbe casque rouge ou jaune (selon le groupe !) et en route pour une bonne heure de visite. A l’entrée, Adel nous informe qu’il règne dans cette mine, en permanence une température de 10°C, s’en suit une visite commentée très intéressante et que je vous conseille de faire. On y apprend de façon ludique des anecdotes et des pans de la vie de cette région qui nous permettent de nous projeter dans l’histoire des carrières d’ocre.

Mine du Bruoux : http://www.mines-bruoux.com/

https://www.youtube.com/watch?v=MizsyVkm5Uc

Cap sur Gordes et farniente au bord de la piscine après avoir pris possession de nos agréables chambres.

Le soir nos hôtes nous ont conseillé et réservé un restaurant : La Casa Rosario. Petit clin d’œil à l’Italie, que les nouveaux propriétaires ont conservé ainsi que les pizzas de qualité,tri accompagnées d’une belle carte de vin (mais pas italien ! J’adore le Lambrusco et le Vin d’Asti)). Les vins de Provence gorgés de soleil font partie du patrimoine culturel de cette région, donc au verre ou à la bouteille, il convient de le déguster. Et pour les amateurs, les vins proposés peuvent être achetés à la boutique adjacente tenu par un sommelier.

On n’y mange pas qu’italien, la carte propose avant tout des spécialités françaises. Faites vous guider par les conseils avisés de votre hôtesse et savourez tous cela sous la tonnelle, en contemplant le bal des serveur(ses) conviviaux et souriants.

Le lendemain découverte de l’Abbaye de Senanque.

Lieu calme, parking suffisamment éloigné pour vous imprégner de cette ambiance avant l’arrivée à l’Abbaye dans son écrin de champs de lavandes. Je vous conseille la visite guidée qui vous fera découvrir ce lieu de prière, de recueillement et de labeur à travers les siècles.

Pour rentrer nous avons opté pour un passage à Carpentras (capitale du Berlingot) en passant par Venasque en empruntant une route en canyon caractéristique de cette région. A faire absolument.

 

Arrivée à la maison, je me suis mise à la cuisine : retrouvez une recette rafraichissante à base de tomate, pastèque et feta (rubrique « Mets et Gourmandises ») initialement donnée par une amie très chère. La pastèque est à l’honneur  dans les assiettes estivales cette année.

Servi avec un vin des Vignerons du Roi René (Lambesc) cuvée Florie en vin blanc, léger et fruité à servir frais, parfait  pour l’été.

A retenir :

  • Le Luberon est une région magnifique
  • Ne pas aller au Musée de la lavande, pour acheter des produits car ils sont moins chers ailleurs
  • Recettes d’une salade d’été et astuces pour émincer les oignons dans la rubrique « Mets et Gourmandises –  salés »

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s